ANDRE RICHARD: LES LAMAS DES GRANADES FRANCE

Une autre conception de l’animal
 
Après une carrière de vétérinaire rural dans l’Aveyron, André Richard s’est investi depuis maintenant plus de 20 ans dans l’élevage de lamas et ne le regrette pas. Il nous dit pourquoi.
Il a un petit élevage d’une douzaine de lamas actuellement dans un petit coin de l’Aveyron. Deux mâles et une dizaine de femelles.
Est-ce le fait du hasard ?
A première vue, ça pourrait être le cas. Vétérinaire rural et abonné à une revue professionnelle, il tombe au début des années 90 sur un article assez complet qui présentait cette espèce et l’engouement récent qu’elle suscitait aux U.S.A.
Et tout est parti de là !
Il est immédiatement séduit par cet animal tellement associé aux civilisations andines, animal vénéré des incas mais toujours respecté de nos jours sur l’Altiplano.
L’Aveyron n’est pas l’Altiplano mais il a la chance d’habiter un peu à l’écart et de posséder quelques hectares de prairies de causses qui peuvent convenir à cette espèce d’herbivores.
Il contacte son confrère Bernard Giudicelli dont l’épouse Christiane était à la tête d’un élevage de lamas important. Quand il lui exprime son souhait d’élever des lamas, d’emblée, Bernard le prévient du risque de ne plus pouvoir s’en détacher.
Et c’est bien ce qui est arrivé.
ANDRE RICHARD: LES LAMAS DES GRANADES FRANCE 1
ANDRE RICHARD: LES LAMAS DES GRANADES FRANCE 2
ANDRE RICHARD: LES LAMAS DES GRANADES FRANCE 3
ANDRE RICHARD: LES LAMAS DES GRANADES FRANCE 4
Après ses 2 premiers animaux achetés chez Christiane, il part en Argentine où il fait l’acquisition d’une quinzaine de lamas, 3 mâles et 12 femelles.
Après est venu tout naturellement le temps des concours, quand on s’intéresse à la sélection de ces animaux, ce qui lui permet, au sein d’une association d’éleveurs, de nouer des relations enrichissantes en France mais aussi avec des éleveurs allemands et italiens.
Tout naturellement aussi il s’intéresse aux lamas suris qui ont une laine extraordinaire. Cela est le résultat d’une sélection très ancienne en Amérique du Sud.
Ce qui l’attire chez le lama c’est sa beauté et, à ses yeux, les caractéristiques de leur laine constituent un facteur très important à ce titre.
Le fait que l’obtention de cette qualité de laine soit dû à un long travail de sélection des éleveurs sud- américains implique que ces animaux ont été manipulé par l’homme et cela a pour conséquence une plus grande facilité pour les élever.
 
Il lui revient une anecdote concernant la beauté des animaux pourvus abondamment de ces longs poils que l’on appelle «laine». Dans une émission télévisée très connue, un éleveur de chameaux, en Mongolie, entreprenait un long périple pour aller choisir un futur reproducteur. Depuis le début de son élevage, ayant toujours été à la recherche de nouveaux mâles reproducteurs, il se mettait entièrement à la place de cet homme.
 
Ce reproducteur, il le cherchais en même temps que lui… et quelle ne fût pas son émotion quand il constata qu’il faisait le même choix! Un superbe jeune mâle à la toison magnifique et au caractère tout à fait placide !
ANDRE RICHARD: LES LAMAS DES GRANADES FRANCE 5
Une impression d’appartenir au même monde.
En fin de compte, ce n’est peut-être pas seulement le hasard, c’était déjà écrit.
André Richard